Co apprendre pour réussir dans le Digital

Sep 26, 2017
Social Impulse

Comme tout processus innovant, le digital qui n’arrête pas de se développer sous l’impulsion collective, est en passe de franchir un cap décisif. Ainsi du Web 1.0 dominé par des sites vitrines et des internautes passifs sommes-nous passé à un Web 2.0 participatif dominé par les médias sociaux comme terrains de jeu de prédilection pour les individus avides de savoirs et les communautés émergentes. Si ce n’est déjà fait, nous sommes en train de franchir le pas vers le Web 3.0 dit sémantique donnant la part belle aux applications et aux expériences clients avec la montée en puissance de l’intelligence artificielle (IA), d’objets connectés (IoT) et de sujets augmentés.

Comment suivre et comprendre ces tendances et ces évolutions ? Certainement pas par le déni mais par l’implication. Le co apprentissage est un facteur clé si l’on veut ne pas être largué par le train technologique en marche. Poser les bonnes questions a été de tout temps une porte universelle vers le savoir. Désormais les questions peuvent être posées partout sur la toile. Tout d’abord à notre meilleur ami Google, qui s’est imposé comme moteur de recherche préféré des internautes. Les réseaux sociaux grand public ne sont à mon sens que l’arbre qui cache la forêt. Des applications comme Quora constituent l’Eldorado du jeu de Q&A (Question/Réponse) mais n’oublions pas les FAQ (Foires aux questions), collaborative ou non, les forums qui ne sont pas morts, les groupes, les Wikis, les blogs, les MOOCS et que sais-je encore: tous les moyens sont bons pour co apprendre !

C’est en fait par le truchement de ce jeu collectif de Q&A que le co apprentissage démarre, se développe et se fructifie, indéfiniment sur le web sémantique. Que l’on soit travailleur indépendant ou salarié, un individu ou une entreprise, il n’est jamais trop tard pour co apprendre, à son rythme et selon ses besoins. Aucune urgence : le rattrapage étant impossible, il est fortement recommandé aux individus et aux organisations de prendre le train en marche. Profiter des dernières innovations technologiques mais aussi pédagogiques est la clé de la réussite car il n’existe pas de formule ni de recette types en matière de transformation.

En équipe, en groupe ou en communauté, co apprendre ne se limite pas à savoir mais aussi à renforcer les capacités individuelles et collectives, à étayer les compétences et faire évoluer les mindsets pour être en phase avec les transformations en cours.

A rappeler que selon la bonne vielle pensée Lavoisienne: rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Ainsi pour se transformer, les organisations classiques n’ont nul besoin d’importer des méthodes mais d’inventer les leurs. On peut toujours s’inspirer des GAFAMA* et autres NATU** mais on ne peut copier coller au risque de complètement rater le coche. On peut aussi étudier des cas, répertorier les “bonnes” pratiques mais cela reste théorique, et de ce fait insuffisant pour concrétiser le saut qualitatif désiré dans le réel.

C’est cette frontière entre le théorique et le désiré d’une part et la réalité d’autre part qui reste à dompter par les acteurs de la transformation digitale. D’où l’intérêt de cesser d’apprendre pour amorcer un processus augmenté d’apprentissage, autrement dit co apprendre. Ceci permettra d’intégrer le Web sémantique par la grande porte en faisant de la veille intelligente et en (se) posant des questions pertinentes. Les réponses et les solutions suivront naturellement, doucement mais surement. La transformation nécessite en effet beaucoup de patience. Cela équivaudrait à savoir pourquoi l’on doit (ou pas) mener cette transformation, de quoi s’agit-il et ensuite comment y arriver. Sur ces trois niveaux (Pourquoi, Quoi et Comment), le co apprentissage est un processus parallèle indispensable. Il intervient pour d’abord donner du sens, action qui a toujours été le talent d’Achille de notre société moderne.

En équipe, en groupe ou en communauté, co apprendre ne se limite pas à savoir mais aussi à renforcer les capacités individuelles et collectives, à étayer les compétences et faire évoluer les mindsets pour être en phase avec les transformations en cours. Ainsi, des savoirs pourquoi et quoi, les entreprises devraient graduellement passer au savoir comment pour ensuite mettre en application ces savoirs. A noter que souvent, il s’avère nécessaire de passer à l’application pour comprendre le comment, quitte à faire des erreurs et installer une culture de l’échec. Pas une mince affaire quand on sait toutes les résistances et les réticences afférentes à la réalité du terrain. Comme dit plus haut, il n’y pas de recette ni de baguette magique et chaque organisation devrait co apprendre à sa manière pour trouver son modèle de transformation, sa stratégie digitale et les outils adéquats qui en découlent. Encore une fois, le principe systémique : le chemin se fait en marchant (ici co apprendre collectivement) trouve tout son sens.

>> Télécharger notre catalogue formation

—————

* GAFAMA : Mastodontes de l’économie numérique (Google, Apple, Facebook, Amazon auquels on vient d’ajouter Microsoft et Ali Baba) ** NATU : Autre acronyme pour les nouveaux géants disrupteurs à savoir Netflix, Airbnb, Tesla et Uber

Partager sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Aucuns commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *