Innovation : Il faut viser la lune !

Mar 06, 2017
Social Impulse

J’ai pris part hier à une conférence-débat, d’ailleurs fort intéressante, sur le thème de l’innovation par la culture digitale. Il y a été question d’innovation frugale, d’open innovation, de disruption, d’ubérisation mais aussi, et surtout, de la capacité des entreprises marocaines à intégrer ces composantes et s’aligner sur le marché mondial.

L’innovation Frugale : Une voie royale !

Nous la pratiquons tous sans même le savoir et sans être au fait du concept rendu célèbre par Navi Radjou dans le monde francophone. Il s’agit bien d’innovation dite frugale consistant à faire beaucoup avec peu de moyen. Une forme de résilience face à un environnement hostile et en perpétuelle mutation. La frugalité qui dans le champs sémantique et la littérature managériale anglo-saxons recèle beaucoup de secrets a beaucoup à nous apporter pour faire face aux enjeux de la globalisation et de la digitalisation et reste une voie royale pour les entreprises marocaines en quête, pour la plupart d’entre elles, d’efficacité mais aussi d’efficience et d’optimisation.

L’open innovation : Veritable leitmotiv du savoir et de la connaissance

Fini les centres de R&D avec des scientifiques en blouses blanches qui mijotent des formules secretes. Bienvenue dans l’ère de l’open source et de l’open innovation ! Composante essentielle de l’économie de la connaissance et catalyseur incontournable de l’annoncée et très attendue 4ème révolution industrielle, cette nouvelle forme d’innovation interconnectée est à la fois le résultat et la cause des principales trouvailles actuelles sur tous les plans : Informatique, Electronique, énergétique, domotique, nanotechnologique, biotechnologique,… Il s’agit de communautés interconnectées travaillant en mode transparent et développant des solutions dont le « code source » est ouvert et pouvant être repris et amélioré par les autres dans un processus soutenu, 24h/24, 7j/7, sans frontières, sans barrières et sans restrictions ! Or, l’open innovation ne concerne pas que la technologie et l’innovation n’est pas que technologique, elle va très loin en intégrant tous les champs de la connaissance et à leur tête le SAVOIR. L’exemple le plus saillant étant Wikipedia, cette encyclopédie vivante et participative qui n’est pas seulement, après une période de doute légitime, en train de réussir mais de prendre le dessus sur tous les modèles classiques en la matière qui ne tarderont pas à mettre la clé sous la paillasson.

Toute résolution de problème et toute solution d’ordre technologique ne peuvent être considérées comme des innovations. Elles peuvent l’être mais à condition de présenter une valeur ajoutée réelle et durable par rapport à leur contexte spatio-temporel.

L’innovation Disruptive : Entreprendre autrement

La disruption consiste à revoir complètement le prisme de l’innovation classique en allant plus vers la rupture, mais pas n’importe quelle rupture : la disrupture ! Le jeu de mot est issu d’un Think Tank que j’avais suivi de près : « Les mardis du Luxembourg » avec comme publication un livre éponyme que je vous invite vivement à lire. les champions de la disruption sont de nos jours les UBER, Airbnb, Booking,… qui ont joué les troubles faits et crée tout un mouvement qui porte aujourd’hui un nom: l’ubérisation. Les tenors de l’économie classique, bien qu’installés dans leurs zones de conforts, sont aujourd’hui conscients de la menace incarnée par ces nouveaux entrants redoutables. Or, il s’agit ici d’une aubaine pour une nouvelle génération d’entrepreneurs inspirés par les GAFA* et résolus à entrer dans l’ère de l’ubérisation par la grande porte. A noter qu’entreprendre ne veut pas dire monter une entreprise tout de suite et devenir millionaire. Une startup est le fruit d’une réflexion, d’une idée qui devient projet dont le succès dépend d’une execution dévouée.

Tout le monde ne peut devenir entrepreneur mais tout un chacun peut devenir « entreprenenant » et innover à son niveau, selon ses moyens et à son rythme.

Au Maroc, nous avons besoin d’entrepreneurs ou à minima d’intrapreuneurs. Les deux ayant en commun un projet d’entreprise, la culture de la gagne et une combattivité débordante pour aller jusqu’au bout. Nous avons aussi besoin d’élargir le spectre quantitatif de startups compte tenu d’un taux d’échec mondial avoisinant les 90%, ce n’est pas avec un écosystème de 70 entités que l’on va présenter des success storiestype licorne (Valorisées à plus d’1 milliard de $) au prochain CES de Las Vegas. Il faudrait que l’Etat et les grandes entreprises prennent conscience de l’utilité et la nécessité de devenir des clients de startups car c’est le seul moyen d’encourager et de favoriser l’innovation. C’est comme ça que ça se passe outre atlantique, outre Méditerranée et du côté des pays du soleil levant. En effet, ce n’est pas avec des délais de paiement allant de 4 mois à deux ans, voire plus, que l’on va encourager l’écosystème startup marocain.

Il est clair que la culture digitale est aujourd’hui nécessaire à l’innovation mais on ne doit pas se limiter au digital pour innover. Toute digitalisation n’étant pas forcément une innovation.

Les aides et les financements ayant déjà montré leurs limites avec des résultats catastrophiques, il faudrait tabler sur des solutions et des relations durables pour pousser nos startups au devant de la scène internationale. De leur côté, il faut que nos startups voient grand et travaillent dur pour atteindre leur but en recourant entre autres à la frugalité, à l’open innovation, à la disruption mais aussi à la résilience**.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles » Oscar Wilde

* GAFA : Acronyme pour Google – Apple – Facebook – Amazon. Les personnes inspirées par les GAFA sont appelées Gafanomics.

** N’hésitez pas à vous inscrire sur notre liste pour recevoir en avant première votre guide de la résilience : www.resilience.ma

Partager sur ...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Aucuns commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *